t

LES FILMS

BRUNO SEVAISTRE

ILS LUI FONT CONFIANCE

LA PRESSE

 

TOURNAGE EN IMMERSION

 

J’ai pour principe de ne jamais intervenir pour modifier les comportements et je refuse toute manipulation dramatique au profit du constat objectif de la réalité : voilà pourquoi aucune intrigue, aucune situation n’est provoquée ou arrangée. Cela consiste en quelque sorte à un apprivoisement qui ne peut se faire que sur des tournages de longue durée.

 

Voilà pourquoi j’affectionne particulièrement le tournage en immersion. Plus je me fais oublier et plus les agissements des personnages deviennent naturels. C’est comme cela que j’essaie d’éviter le regard caméra qui ne fait qu’alourdir la présence du dispositif.

 

C’est tout l’intérêt du documentaire qui trouve sa force en faisant intervenir le « réel ». La seule mise en scène qu’il y ait finalement, c’est celle déjà préexistante, celle que les choses, les gens, les systèmes ont mis en place et où chacun a son rôle à jouer.

 

Ce qui a du sens, c’est révéler comment les gens s’organisent entre eux pour exister, pour se représenter, se parler, se rencontrer ou échanger des émotions. C’est en filmant ces représentations sur la durée que se dégageront ces liens qui rapprochent les vies singulières.